Ethique

Ethique

Plutôt que de dresser la liste de tous les ingrédients nocifs autorisés en cosmétique et que nous n'utilisons pas (complexants, conservateurs, tensioactifs issus de la pétrochimie...), nous avons opté pour la mention "Nature & Progrès". Le cahier des charges cosmétiques est consultable sur le site de la fédération. Il est très simple et très clair : 100% des ingrédients végétaux ou animaux doivent être bio. Et parmi les différents labels (Cosmos, Cosmebio, BDIH, Ecocert), c'est donc aussi le plus exigeant. Seul notre savon naturel au soufre, qui contient cependant plus de 80% d'ingrédients bio, ne bénéficie pas de la mention "Nature & Progrès". Simplement parce que l'origine de la fleur de soufre n'est pas garantie.

 

Les matières premières

Toutes les huiles végétales que nous utilisons proviennent de l'agriculture biologique, exceptée l'huile de baies de laurier qui est actuellement introuvable en bio. Nous utilisons bien sûr de l’huile d’olive d’origine méditerranéenne, ainsi que des huiles de colza et de tournesol d’origine française. Pour obtenir des savons bien moussants et onctueux, nous ajoutons des huiles ou beurres plus exotiques : coprah et karité. Et nous n'achetons pas d'huile de palme, même bio. Pourquoi ? L'huile de palme bio est produite dans des pays où les violences faites aux petits paysans sont avérées. En absence de transparence sur les conditions d'obtention des terres sur lesquelles sont cultivés les palmiers, notre position consiste dans l'abstention.

Le parfumage des savons se fait à l'aide d'huiles essentielles biologiques uniquement. Cela représente un surcoût non négligeable à la fabrication. Mais il n'y a pas de demi-mesure !

Les savons sont colorés uniquement avec des substances naturellesargiles de qualité cosmétique, plantes en poudre bio, miel bio...

 

La fabrication du savon

Le procédé de la saponification à froid est ancien, mais il est tombé en oubli à la suite du développement du procédé "de Marseille". Ce dernier, grâce à l'étape de relargage qui consiste à débarrasser la pâte de savon frais de ses impuretés et de l'excès de soude par un lavage à l'eau salée, permet d'utiliser des matières premières pas forcément qualitatives. La saponification telle que nous la pratiquons, n'autorise que des matières premières de qualité car il n'y a aucun "rattrapage" possible ! Tout ce que nous introduisons dans le mélange se retrouve, transformé, à la fin. C'est ainsi que nos savons contiennent environ 8 % de glycérine naturelle, formée pendant la saponification. Dans le procédé de Marseille, cette substance (que Monsieur Chevreul, premier scientifique à établir l'équation chimique de la saponification en 1823, appela le "principe doux") est éliminée avec les impuretés (et récupérée ensuite pour être valorisée dans d'autres filières, car elle a plus de valeur commerciale que le savon lui-même). Et en plus, nous laissons une fraction des huiles ajoutées (minimum 5%) non saponifiées, pour nourrir la peau plutôt que de la décaper.

 

Pas de reconditionnement de savon de copeaux !

Il faut être un peu fou pour continuer à saponifier soi-même aujourd'hui ! Il est bien plus facile - et surtout plus rémunérateur - d'acheter des bases de savon en copeaux, appelés "bondillons" par les professionnels, de les colorer et parfumer à l'aide de machines extrudeuses (qui malaxent le mélange pour le rendre homogène) et d'en faire des savonnettes par pressage (grâce à la machine appelée "boudineuse"). Ainsi on peut faire des milliers de savonnettes en peu de temps. La base des copeaux ? C'est presque toujours l'huile de palme déglycérinée, la moins chère du marché...

Tandis que le savon à froid, saponifié directement, ne peut pas être retravaillé de cette manière. Donc pas de lot de milliers de savonnettes, mais tout au plus quelques centaines à la fois ! C'est encore du vrai travail artisanal.

 

Les emballages

A la savonnerie, on recycle. Vos colis seront parfois confectionnés avec des cartons ayant déjà servi, mais en bon état. Nous n'achetons aucun matériau de calage, mais nous récupérons ceux de nos fournisseurs.

Les étiquettes sont imprimées à l'encre végétale sur du papier recyclé.

Les emballages des autres produits sont simples (on considère que vous accordez plus d'importance au contenu qu'au contenant), et recyclables.

003488e.jpg

 

Pas de tests sur les animaux !

Cela nous paraît une évidence. D'ailleurs, c'est interdit, et c'est une bonne chose. Les matières premières sont de simples produits végétaux, destinés souvent à l'alimentation. Nos premières formules ont été testées d'abord sur nous-mêmes, ensuite sur un panel de volontaires (humains) dans le cadre d'une étude de tolérance cutanée. C'est tout.

 

Des questions ?

N'hésitez pas à nous contacter ! Internet c'est bien, mais rien ne remplace une relation directe.

Votre savonnière est disponible au 06 79 22 00 22 et au 09 50 86 45 39.

 

Le procédé en images...

 

huiles.jpg  melange_dhuiles.jpg

ajouts.jpg  Ecoulage.jpg  saponifie.jpg

barres.jpg  travail_aretes.jpg

decoupe_red.jpg  sechage.jpg  estampage.jpg